MaVrOs Fondation

22 février 2011

Zeitgeist

Zeitgeist

La sortie récente du troisième film de la série Zeitgeist est l'occasion de faire le point sur ces documentaires pour le moins subversifs.

Pour commencer, une critique rapide du petit dernier:
Si ce Zeitgeist: Moving Forward apparait, quand on a déjà vue les précédents films, comme une redite n'apportant pas grand-chose, il reste cependant intéressant et contient de bonnes idées. Les premiers chapitres consacrés à l'influence de la société sur le comportement humain sont en effet assez constructifs, appuyés par de nombreux témoignages de psychologues et autres experts du comportement. Le reste du film reprend par contre les thèmes déjà abordés dans les autres films de la série, notamment une description approfondie du projet Venus, introduit dans Zeitgeist: Addendum.
Si dans le concept, ce projet apporte des réponses intelligentes aux problèmes de surconsommation, de pollution et d'esclavage moderne qui sont la base de notre société, il fait à mon goût une place trop importante au tout technologique et à la science pour régler ces problèmes. Les cités et la société utopique que le projet Venus proposent sont architecturés autour du concept d'efficacité maximum et d'une gestion informatisé qui sont bien trop aseptisés, alors que des solutions moins extrêmes et n'oubliant pas l'importance des liens entre l'homme et la nature permettraient de régler ces mêmes problèmes.

Concernant les deux autres Zeigeist par contre, je serai bien plus prompt à vous les recommander.
Il s'agit de documentaires ce concentrant principalement sur les systèmes d'asservissements de la société Américaine mais s'appliquant évidemment à toutes les sociétés modernes guidé par l'économie et les religions.
Les religions tout d'abord. Elles sont présentées comme des interprétations, des métaphores du cycle du soleil et des saisons. A la base elles servaient de guides philosophiques aux communautés mais sont rapidement devenues des outils de manipulations justifiant guerres et autres massacres perpétrés au fil de notre histoire au nom des divinités, tout en permettant l'enrichissement des groupes dirigeants.
L'économie ensuite. Les auteurs des Zeitgeists montrent comment est créé l'argent à partir des dettes, et comment ce système frauduleux permet de contrôler des pays entiers. Le principe est que les grandes puissances vont déstabiliser les pays possédant de grandes sources de matières premières (telle que le pétrole ou l'eau entre autres), y apporter la guerre si cela ne suffit pas et ainsi mettre ces pays dans des situations de faiblesse extrêmes propice à leurs exploitations. En effet, par le bais de la banque mondiale, du FMI et des grandes entreprises de construction, les ressources pourront être pillées et les pays deviennent des esclaves des puissances économiques.

Il s'agit là d'un résumé succins et qui n'entre pas dans les détails je vous l'accorde. Mais si vous voulez mieux comprendre le monde qui nous entoure, ou en tout cas avoir un point de vue différent de celui matraqué par les médias, politiques et les entreprises multinationales, je vous invite à regarder ces documentaires et à vérifier les informations qui y sont distillées.
En espérant que la confiance immuable que vous accordez peut-être à notre société en sera ébranlée.

__________

As the third film have been released recently, I would make a retrospective about Zeitgeist, a subversive documentary series.


Let's start with a rapid critic about the last one:

If Zeitgeist: Moving Forward appears as a repetition not bringing so much when you already watched the previous movies, it's however still interesting and contains some good ideas. The early chapters about how society is influencing the human behaviour are quite constructive, supported by numerous reports of psychologists and other behavioural experts. The rest of the film come back on themes previously presented in the other movies, mainly talking about the Project Venus with more details than in Zeitgesit Addemdum.

If in concept, this project brings clever answers to solve the biggest problems in our society, such as overconsumption, pollution and modern slavery, in facts and in my opinion, it give too much importance to the technologies and science as the ultimate solution to fix these issues. Cities and utopic society presented in the Venus Project are based on maximum efficiency and computer management, it's too much sterile. The are less extremes possibilities, with a bigger importance accorded to the relationship between human and nature.


About the other Zeitgeist movies, I would be much more ready to recommend to you to watch them.

These documentaries are focus primarily on servo systems of American society but of course applies to all modern societies led by economics and religions.

First, religions are show as interpretations and metaphors of the sun and seasons cycles. Originally used as philosophic guides for communities, religions quickly became manipulations tools and justifications for wars and genocides made along our history, also making enriching the leaders.

Then the economy. Zeitgeist authors show how is created money from debts and how this fraudulent system is used to control whole countries. The principle is that the major powers will destabilize countries which have large sources of raw materials ( oil,  water, among others), they bring war if it is not enough and thus put these countries in situations of extreme weakness so they can exploit them.


This is a simple summarise not going into details for sure but if you want a better understanding on how the world works, or at least to have a different point of view, not the only one put on your face everyday by mass media, politics and multinationals companies, please watch Zeitgeist and go check the informations contained.

I hope the blind trust accorded to our society you maybe have will be broken, for your safe.


02 avril 2009

Cryostasis

Cryostasis_packshot_temp

J'avais entendu parler de ce jeu avant, mais il ne paraissait vraiment pas attrayant, Un mauvais FPS russe de plus, banal. Surtout que l'équipe le développant n'avait sorti qu'un seul jeu, le pas très glorieux Vivisector...
Mais le mois dernier, j'ai lu par hasard le test de Gamekult qui en disait beaucoup de bien. D'autant que certains concepts du jeu étaient très proches d'idées développées et abandonnées durant la gestation du mod Inferences.

En fait Cryostasis est un très bon jeu si vous aimez tout ce qui est plus poétique et à forte ambiance que la majeure partie de jeux.
C'est une sorte de jeu d'action parsemé de puzzle qui se déroule sur un brise-glace russe prisonnier de la banquise dans les années soixante, le joueur incarne un scientifique qui vient à bord alors que tous les marins semblent morts.

Les choses qui fâchent tout d'abord: le jeu est totalement linéaire et il y a quelques autres problèmes, comme une mauvaise IA et une optimisation pitoyable.
Les combats ne sont pas particulièrement intéressants non plus, justement à cause de l'IA et du framerate. Cependant, ils mettent une certaine pression sur le joueur: bien que les ennemies n'attaquent jamais à plus de trois simultanément (pour ne pas complètement tuer le framerate...), les armes sont vieilles et lentes, il n'y a pas de viseur classique et l'on doit utiliser l'ironsight, donc épauler et prendre son temps avant de tirer. Ceci combiner à des environnements étroits et des ennemies rapidement sur le joueur rend les combats assez stressant et rappelle Condenmed (surtout au début avec les armes de corps à corps).
Mais contrairement à l'efficace jeu de Monolyte, les armes sont d'une imprécisions qui frise parfois le ridicule. Néanmoins, l'équilibre précaire entre qualités et défauts de gameplay donne finalement lieu à des affrontements pas si mauvais et en phase avec ce que les développeurs ont voulu faire ressentir durant le jeu.

Maintenant les bons points: Cryostasis est bâti sur une double intrigue plutôt efficace, d'une part l'histoire d'une tribu racontée lorsque l'on trouve les pages d'un carnet à dessins, d'autre part le joueur va découvrir ce qui est arrivé sur le bateau et à son équipage. Mais le jeu utilise un système de flashback original pour cela: lorsque l'on trouve des cadavres de marins, on peut revivre les derniers instants de leurs vies et ainsi modifier le passé en les sauvant.
En conséquence le présent est lui aussi modifié, libérant les accès pour continuer l'aventure. C'est un peu l'idée qu'ont en commun Cryostasis et les premiers game-concepts d'Inférences (pour mon grand malheur, moi qui pensais faire original:) mais j'ai d'autres cartes dans mon jeu...). Cela marche très bien, étant très immersif et apportant une grande variété de situations, bien plus intéressant que lorsque l'on est seulement spectateur de l'histoire.

Un autre bon point est l'ambiance oppressive de l'environnement, qui est loin d'être aussi répétitif que ce que l'on pourrait craindre sachant que tout le jeu se passe dans un brise-glace congelé. Les sons, les lumières, l'atmosphère très travaillée ainsi que les aspects métaphoriques de l'histoire produisent une alchimie rare dans les productions vidéo-ludiques.
Le côté oppressif est renforcé par un autre système de jeu, le froid. Tout au long du jeu, le joueur doit chercher des sources de chaleur, comme des lampes ou des générateurs à activer pour pouvoir ce réchauffer sous peine de ne pouvoir se mouvoir rapidement et d'être trop faible pour se défendre durant les combats. Cela apporte un aspect tactique bienvenue.

Cryostasis n'est donc pas exempt de défauts et peut apparaitre comme un jeu des plus commun si l'on ne se base que sur les screenshots, mais c'est en fait une des meilleures expériences auxquelles j'ai joué depuis Portal ou plus récemment Silent Hill 3 (oui je sais chu en retard pour SH3...).
Il rappelle d'ailleurs parfois les Silent Hill par son ambiance ou le design des personnages. Les combats font eux penser à Condenmed, tandis que l'on pourrait le rapprocher de Portal en tant qu'expérience originale bien que prenant inspiration de nombreux autres jeux ou films. Il n'en est pas moins tout à fait rafraichissant et mémorable contrairement à la majorité des FPS sortis.

Alors je vous conseille vivement de l'acheter, l'équipe russe derrière ce jeu méritant amplement d'être remercié.

__________


I heard about this game before, but it didn't seem realy interesting: one more bad commun russian FPS,
especially when you know what the devteam did before, the nasty Vivisector...
But last month, I fortunatly read the Gamekult's test, so I try to get the game because they say it was good. Moreover some game-concepts were close to ideas developped and abandonned for Inferences mod during conception phase.

In fact, Cryostasis is a very good game if you like what is more atmospheric and poetic than classic game.
It's a kind of action/puzzle game taking place in a russian icebreaker prisonner of the frost in the 60's, the player incarn a scientist comming onboard while the seamen seem all dead.

First the bad points: the game is totally linear and there're some other issues, like a bad AI, a very bad optimization and fights not particulary interesting or fun because of the AI and framerate.
However they put the player under pressure: not a lot of ennemies at the same time (to don't kill totaly the framerate...), but old and slow weapons without sight (at the begining it hand weapons) reminding Condenmed. But it's not as efficient as Monolith's game: fire weapons are really too unprecise, such a point that sometime it's ridiculous to miss.
So you have to take you time before fire, using the ironsight and as the environments are very close, ennemies are quickly on you, so it's can be stressfull and in a certain way a good gameplay.
Well, maybe not good, but it's a good equipoise beetween the qualities and defaults and at least that work and provide sometime fear and pleasure to be succesfull.

Now the good point: Cryostasis have a story divide into two main line, the player comming on the icebreaker wich try to understand what happened to the crew, and a strange tribal story told when you found drawing cards in the boat.
The game use an interesting flashback mecanism when you found a corpses, you can play the last moments of life of the seamen, and save them from die. Modifying the past help to unlock the path in the present to continue the adventure. This is the idea wish look like Inferences first concepts and it's totaly immersive, allowing various situations realy more interesting than only being spectator of the story.
Another good thing is the atmosphere, very oppressive and not so repeatitive that you can thing when you know all the game take place in a boat. Ice sounds, machinery, lights and fog provide good feelings as do some metaphoric story aspects, too rare in the game production.
The oppressive aspect is strengthened with the other main gameplay system: the cold. Player must found heat sources, like lights or generators and activate its to increase its temperature, else he go weak in combat and move slowly. This side bring some tactic to the game and is welcome.

Cryostasis maybe have big defaults and appear like a commun game if you just look at the screenshots,
but it's one of the best experience I played since Portal or Silent Hill 3 (yes I discovered SH3 late...).
It remind sometime Silent hill ambiance and caracter design, Condenmed fights, Portal singularity and many other game or movies, but it's a fresh and memorable game unlike the most FPS released.

So do not hesitate to buy it, the russian guys behind it must be thanked.

Posté par Mavros à 20:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

22 février 2009

Magma a 40ans

magma_2008b


Samedi dernier au Casino de Paris, j'ai eu le plaisir d'assister en bonne compagnie à la 3ème soirée de concerts de Magma, pour leurs 40 ans de carrière.

L'arrivée de Jannick Top et son groupe, avec en guest Klaus Blasquiz laissait augurer une bonne première partie, jusqu'à ce qu'ils commencent Infernal Machina...
Au risque d'en froisser certains, ce morceau est tout juste moyen, bien loin de ce qu'on pourrai attendre d'un Jannick top qui a autrefois signé le mythique Defutura, dont un passage d'Infernal Machina est tiré (copier/coller oserai-je dire ?). A part l'intro bien sympa avec Top au violoncelle et d'autres passages eux aussi agréables mais qui viennent tout droit de titres de Magma, ce morceau souffre d'un gros manque d'originalité. Les gros riffs de guitares qui semblent venir d'un mauvais hardrock et la chanteuse (lors du concert) qui en faisait vraiment trop niveau gestuel et vestimentaire, le desserve vraiment à mon goût.
Enfin, je n'aurai pas autant été déçu si le son avait été moins saturé, et surtout la visibilité meilleure. Vraiment hallucinant d'être assis sur un strapontin aussi inconfortable et de devoir se pencher d'un coté ou de l'autre pour y voir quelque chose, quand on pait 40 euros, surtout dans un établissement prestigieux...

Enfin, tout ceci c'est bien amélioré avec l'arrivée de Magma, bien en forme et qui nous ont gâté avec un sacré bon morceau inédit en intro, superbe. Suivi en plat de résistance d'une sorte de mixture Hhaï/Emehnteht-Re/Zombies. On remarque au passage que la formation actuelle a vu s'éclipser Antoine Paganotti et sa soeur Himiko pour accueillir un Hervé Aknin impressionnant. Deux nouveaux aussi aux claviers, Bruno Ruder et Benoit Alziary au vibraphone (qu'on aurait aimer entendre mieux) après le départ d'Emmanuel Borghi. Je remarque aussi que James MacGaw à pris une certaine maturité et assurance depuis ses débuts chez les Cobaïens, les autres piliers étant toujours aussi efficaces.

Enfin pour terminer en apothéose, le groupe de la première partie, Top, Klaus et leurs compères reviennent sur scène avec Magma pour nous achever sur...Defutura !!
Ça y est, après dix ans que je les connais et presque autant de concerts, mes vœux sont exaucés: ils ont joué le monstrueux morceaux en live.

Voila au final superbe soirée de saint Valentin.

J'ai trouvé une vidéo du concert et pour ceux qui connaissent pas Magma, quasiment tous les albums officiels sont disponibles sur Deezer.

Posté par Mavros à 02:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

30 janvier 2009

Art'inférents bis

Epreuves_d_a


Un artwork de plus pour le mod Inférences sur lequel j'ai passé beaucoup plus de temps que prévu mais qui reflète plutôt bien ce que j'imaginais.

__________

A new artwork for Inférences mod on which I spent much more time than expected but it's quite like I imagined it.


Posté par Mavros à 17:36 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

26 janvier 2009

Piscine abandonnée - Abandoned swimming pool

PiscineEcrin_12_2008__14_


Un lieu insolite perdu dans les Alpes que nous avons visité et pris en photo, moi et ma chère tendre pendant les fêtes de noël. Plutôt étonnant de tomber sur une piscine olympique aux portes du parc des Ecrins, d'autant que pas mal de matériel y a été laissé, comme si cette piscine avait été le théâtre d'un sombre évènement et que personne ne désirait plus y aller...J'imagine que l'on y ressent un peu la même chose qu'en parcourant Prypiat, le danger des radiations en moins, enfin j'espère :)

Les photos sont visionables sur Flickr.

__________

An unusual place lost in the Alps that we have been visited and photographed me and my sweat lady during the Christmas holidays. Rather surprising to find an olympic swimming pool at the gates of the Ecrins park, especially since a lot of material was left, as if the pool had been the scene of a somber event and nobody want to go back there .. . I guess we feels something like travelling through Prypiat, without the danger of radiation, I hope :)

The photos are viewable on Flickr.

Posté par Mavros à 15:09 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,


26 novembre 2008

Art'inférents

VilleCanyon

TrainMachoire


Voici les deux premiers conceptArts pour Inférences, le mod que je suis en train de prototyper. Ils inaugurent l'heureuse acquisition d'une tablette graphique et permettent de concrétiser un peu plus mes idées et l'orientation graphique que pourra prendre ce travail. Malgrès mon inexpérience en peinture numérique, j'espère que vous apprècirez mes petits croquis scannés puis embélis sous Photoshop.

__________

This is the first conceptArts for Inferences mod I'm currently prototyping. They inaugurate the happy acquisition of a tablet and allow to feel a little more my ideas and graphic orientation for the mod. Despite my inexperience in digital painting, I hope you'll enjoy my little sketches scanned and then embellished in Photoshop.

Posté par Mavros à 21:24 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,

28 septembre 2008

Chamanes d'Amazonie

ashaninka4

Le 25 septembre dernier, Jeremy Narby a donné une conférence particulièrement intéressante sur son expérience auprès des indiens d'Amazonie péruvienne, à l'occasion de la sortie de Plantes et chamanisme co-écrit avec Jan Kounen et Vincent Ravalec.

Narby

Anthropologue, Jeremy Narby est parti en 1984 à la rencontre des indiens pour essayer d'endiguer l'exploitation outrancière de leur environnement par les grandes compagnies industrielles en démontrant qu'ils utilisaient leurs ressources de manière "rationnelle". Sa riche expérience après des peuples amazones et en particulier des chamanes élargit considérablement sa vision de la réalité, replaçant son ego d'être humain à l'échelle qui convient pour être capable d'écouter.

S'il est évident que nous ne sommes que des grains de poussière au sein de l'univers, nous l'oublions facilement, n'hésitant pas à nous octroyer le droit d'utiliser sans respect les ressources, animales, végétales ou minérales de notre monde. Allant jusqu'à les faire disparaitre négligemment pour notre propre confort. La majorité des scientifiques accordent tellement d'importance à l'analyse rationnelle, mathématique et empirique que les connaissances ancestrales des peuples vivant en harmonies avec la nature sont pillés et rabaissées au rang de superstitions sans importance. Ce qui arrange bien les industriels et les politiques pour justifier un mode de vie égoïste propice à l'expansion de la société de consommation, au prix de la destruction de notre environnement.

chamane_foret

Nous avons beaucoup de choses à apprendre, sur nous même, sur notre monde et cette conférence fut une très bonne occasion d'écouter certaines leçons importantes des Amazones, rapportées et interprétées avec brio par Jeremy Narby.

Quelques extraits ci-dessous en provenance de l'INREES:

"Un jeune anthropologue face aux connaissances des indiens"

"Sa première expérience avec l'ayahuasca"

"Qu'est-ce que le chamanisme ?"

02 septembre 2008

Un été radioactif

nucleaire_tue_avenir


Voici un petit aperçue des accidents nucléaires qui ont touché l'Europe cet été, ou en tout cas, des problèmes qui ont été rendus public...
Aller j'en profite pour rappeler qu'au fond des mers gisent des milliers de conteneurs prévus pour être imperméables à la radioactivité pendant un siècle ou deux quand les déchets sont nocifs pendant des centaines de milliers d'années, ou encore que la France a condamné la Polynésie à devenir une véritable décharge radioactive avec ses essaies de bombes.

Le nucléaire c'est bien, c'est propre, c'est l'avenir !

"En Belgique, un accident de niveau 3 s'est produit le 24 août à l'Institut des radioéléments (IRE) de Fleurus. Comme d'habitude dès qu'il s'agit de nucléaire, l'alerte a été donnée en retard, les conséquences ont d'abord été minimisées par l'Agence fédérale belge de Contrôle nucléaire (AFCN), mais on apprend aujourd'hui que la fuite radioactive est plus importante qu'annoncé au départ et que la consommation des légumes du jardin et du lait est maintenant interdite, en attendant peut-être de nouvelles révélations...

En Espagne, un important incendie s'est déclaré, le 24 août aussi, à la centrale nucléaire Vandellos II (Catalogne) qui est arrêtée depuis. Une trentaine d'incidents ont eu lieu depuis le début de l'année dans les centrales espagnoles. En avril dernier, on a appris qu'une fuite radioactive avait eu lieu 6 mois plus tôt (!) à la centrale d’Asco I (Catalogne) dont l'exploitant encourt de lourdes sanctions.

En Allemagne à Asse, la population a appris fin juin qu'une contamination de grande ampleur était en cours depuis des années dans une mine de sel ou 126 000 fûts de déchets nucléaires ont été stockés. La mine était présentée comme 'stable depuis 70 millions d'années' et 'quasi-imperméable', mais les déchets baignent aujourd'hui dans un véritable lac souterrain dont la contamination menace de grandes nappes phréatiques.

En Autriche, un incident s'est produit dans la nuit du 2 au 3 août dans les laboratoires de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), à 35 km de Vienne. Ce n'est que par chance qu'un accident grave n'a pas eu lieu.

En Ukraine, une fuite d'eau radioactive a provoqué l'arrêt d'un réacteur à la centrale nucléaire de Rivné (ouest de l'Ukraine) le 10 juin.

En Slovénie, une fuite radioactive le 4 juin à la centrale nucléaire de Krsko a entraîné une alerte européenne (les 26 autres pays de l'Union ont été contactés en urgence) avant que la gravité de la situation ne soit minimisée, sans que personne ne sache vraiment ce qui s'était passé.

La France, enfin, a été frappée cet été par de multiples incidents à la Socatri-Areva (Bollène, Vaucluse ; grave fuite d'uranium le 7 juillet), à la FBFC-Areva (Romans-sur-Isère, Drôme ; découverte le 18 juillet de contaminations par une canalisation rompue depuis des années), à la Centrale nucléaire EDF du TricastinSt-Alban (Isère ; 15 salariés contaminés le 20 juillet), à nouveau à la Socatri-Areva (aveu le 6 août de rejets illégaux depuis des semaines de carbone 14 radioactif) et à la Comurhex-Areva (Pierrelatte, Drôme ; aveu le 21 août de contaminations par une canalisation rompue elle aussi depuis des années)."
 
Sources : http://www.sortirdunucleaire.org/

Posté par Mavros à 21:24 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

17 août 2008

Volte !

9782952221795


Ce n'est pas parce qu'il y a pire ailleurs que l'on doit accepter ce qui est mauvais ici.

Phrase que j'ai souvent répété pour opposer les volontés vivaces aux grandes forces de l'immobilité et de l'inaction. Petit geste presque dérisoire (mais tout geste, aussi insignifiant soit-il, a son utilité) face à l'énergie déferlant de La Zone du Dehors, qui entraine le lecteur dans le flux du mouvement, du questionnement, de la remise en cause d'un système dont nous, rouages se formatant, se laissant formater, consolidons chaque jour la stabilité pharaonique.

Ainsi 2008 fut pour moi l'année littéraire Damasio, avec la découverte de La Horde du Contrevent. Magnifique aventure philosophique et combat où se déchainent les forces de la nature et des hommes, resserrant ainsi les liens d'un groupe d'êtres qui obstinément s'efforcent d'avancer à contrecourant, pour vivre la vie brute et rocailleuse, pour vivre pleinement.
Le livre a rejoins directement mes romans favoris, et là, je termine à peine La Zone du Dehors. Que dire?
Ce Alain Damasio a encore monté dans mon estime. S'il n'est peut être pas aussi riche que La Horde en termes de délires d'écriture (bien que l'on perçoit déjà les prémisses du système de récit multi points de vue, avec le signe > pour signaler le changement de personnage et le style d'écriture qui s'adapte par exemple), ce livre n'en reste pas moins un concentré bouillonnant et corrosif pour les pouvoirs en place. Il est clair, comme le précise l'auteur dans le postface, que la société démocratique extrême qui y est décrite n'est presque plus le fruit d'une pensé visionnaire (l'écriture du roman à commencé en 1992, sorti en 2001, puis en 2007), mais plutôt le reflet de ce qui aujourd'hui existe déjà à peu de chose près sous la même forme.

Un électrochoc qui nous entraine dans sa vibration avec poésie et fraicheur, qui donne du courage à toute personnes un temps soit peu critique et sensible à se qui se passe autour, dans le dehors de nos vie confortable. Nous aidant à garder les yeux grand ouvert et ne pas les détourner comme l'habitude nous force à le faire quand on ne veux pas s'avouer qu'ils sont fermés.
Voila ce que ce livre peut apporter, alors c'est bien un grand livre.

damasiohordelavolte

10 août 2008

Les acteurs

Une société de machines esclaves gouvernés par des comédiens.
Il suffit de regarder à quel point les campagnes électorales ressemblent aux campagnes promotionnelles de films ou d'albums de musique, comment à chaque débat politique ce ne sont pas tant les idées qui sont misent en avant et critiquées mais la manière dont elles sont présentées, pour ce rendre compte de la réalité de cette vision.
Etre un haut politique aujourd'hui c'est savoir séduire, faire entendre ce que le peuple veut entendre, soigner son image, se vendre comme étant le meilleur produit, le meilleur choix. Mais quel choix quand deux ans avant les présidentielles, on sait quels seront les deux "finalistes" : ceux dont la campagne publicitaire est la plus précoce, la plus couteuse.
Ce qui apparait du gouvernement, ce qui est mis en lumière, c'est une longue série télé avec ses moments forts, ses drames, ses rebondissements et dont les acteurs n'ont qu'un but directement visible, nous convaincre que ce qu'ils disent est vrai, qu'ils sont bien les personnages qu'ils incarnent et que d'une manière ou d'une autre, ils font les meilleurs choix pour le pays, pour nous.
Schwarzenegger est un bon exemple, l'acteur devenue politicien, Tapie est lui allé dans l'autre sens... Cela montre bien à quel point les deux professions sont proches.
La fiction et la réalité sont souvent plus liées que ce que l'on nous laisse croire.

Posté par Mavros à 15:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :